Mohaire : La laine de chèvre Angora

Le Mohair : la laine de chèvre angora

Les chèvres angora ne sont pas seulement attrayantes, mais elles sont aussi utiles comme chèvres pour produire de la laine. Le mohair souple et résistant de ces chèvres est une véritable mine d’or lorsqu’elles sont élevées dans des conditions optimales.

La chèvre angora, un animal idéal

Ces peluches vivantes, en revanche, se transforment rapidement en machines à produire des fibres de luxe, fournissant chaque année 20 à 25 % de leur poids corporel en mohair soyeux et durable. Idéale pour la conception de pulls et de bonnet en laine.

La chèvre angora est l’animal le plus efficace de la planète pour produire de la laine, ce qui en fait une alternative intéressante pour l’éleveur amateur d’aujourd’hui.

Sue Ann Nissen, éleveuse de chèvres angora depuis 20 ans à Marshall, en Caroline du Nord, déclare : « Les angoras s’intègrent parfaitement dans notre vie. » « Elles sont assez gentilles, et leur taille et leur disposition rendent le travail avec elles facile pour les femmes et les enfants. » Nissen cite la personnalité, la facilité d’entretien et une variété de flux de revenus comme des raisons convaincantes pour les agriculteurs amateurs de reconsidérer ces créatures câlines et passionnantes.

Les chèvres angora ont une longue histoire.

Diane Coon, éleveuse de chèvres angora à Hamilton, dans le Montana, déclare : « J’ai été attirée par ces créatures parce que je voulais utiliser leur magnifique fibre. » « Le filage des poils de chèvre est une forme d’art ancien qui est même mentionnée dans la Bible ».

On pense que les chèvres angora sont originaires d’Asie mineure, les premières références dans les tablettes cunéiformes sumériennes et dans la Bible datent les origines de la race entre le 12e et le 15e siècle avant J.-C. La race s’est finalement bien établie autour d’Ankara, en Turquie, d’où le nom « Angora« .

Le terme « Mohair » vient du mot arabe « mukhaya », qui signifie « cueillir ou favoriser ». Les tissus en mohair sont apparus pour la première fois sur les marchés européens aux 15e et 16e siècles. Le sultan de Turquie a interdit l’exportation de mohair brut car la demande dépassait l’offre.

La première introduction réussie de chèvres angora de pure race en Afrique du Sud a eu lieu en 1838. Les premières chèvres angora ont été transportées aux États-Unis onze ans plus tard, en 1849, comme cadeau de remerciement du sultan de Turquie au Dr James B. Davis de Caroline du Sud pour son soutien à la culture expérimentale du coton dans ce pays.

Aujourd’hui, les deux plus grands producteurs de mohair sont l’Afrique du Sud et les États-Unis, avec des populations de chèvres moins importantes en Turquie, en Argentine, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni.

La teinture de la fibre de chèvre angora

La laine mohair produite par les chèvres angora est leur principal produit de base (à ne pas confondre avec la laine angora, qui est produite à partir de lapins).

La toison d’une chèvre angora pousse d’un pouce par mois et les chèvres sont tondues deux fois par an, généralement au printemps et à l’automne. À chaque tonte, chaque chèvre produit en moyenne 2 à 5 kilos de mohair.

Comme la toison de l’angora s’épaissit avec l’âge, la laine des chèvres les plus jeunes est la plus fine et la plus précieuse.

« En tant que teinturière et artiste des fibres, la beauté du fil coloré n’a d’égal que celle de la soie », déclare la créatrice de fils Sherry Brooks. « Le mohair possède une force et une durabilité inégalées par la laine, et en tant que teinturier et artiste des fibres, la beauté du fil teint n’a d’égal que la soie. »

Dans leur propriété de Lancaster, au Texas, Brooks et son mari Randall gèrent un troupeau de 100 Angoras colorés. Leur ligne de fils teints à la main haut de gamme, qui est vendue dans les festivals de fibres à travers le pays, est composée de fibres provenant de leurs chèvres mohair. « L’affinité du mohair pour la teinture confère aux couleurs une clarté et une brillance qui le distinguent lorsqu’il est utilisé seul ou en combinaison avec d’autres fibres », explique-t-elle. Le mohair est connu sous le nom de « fibre de diamant » en raison de son éclat et de sa brillance.

Le mohair est solide et durable, avec une résistance à la traction pour le diamètre de sa fibre qui rivalise avec l’acier. Il peut également être teint dans une palette de couleurs vives.

Les vêtements en mohair, quant à eux, prennent moins de place que des tenues identiques en laine. Les vêtements en mohair résistent au froissement grâce à l’élasticité des brins. Le mohair est un tissu d’ameublement populaire car il est essentiellement ininflammable.

Un peu d’innovation en matière de fibres de la part de l’agriculteur amateur peut se traduire par des revenus solides pour le résultat net de l’exploitation.

« Plus vous investissez dans la fibre, plus vous gagnez de l’argent », explique Coon.

Les chèvres angora existent dans une grande variété de couleurs.

Aux États-Unis, les chèvres angora ont longtemps été sélectionnées pour leur toison d’un blanc pur, afin de répondre à la demande de l’industrie textile, qui souhaite un tissu qui prenne la teinture de manière uniforme.

Les laines colorées ne sont pas acceptées par les acheteurs de mohair dans les énormes entrepôts de laine du Texas qui gèrent le clip commercial de mohair du pays, mais cela n’a pas empêché les éleveurs amateurs de développer des types colorés.

Les Angoras ont été croisées avec des chèvres domestiques de différentes couleurs à différents moments de l’histoire pour augmenter le nombre de chèvres productrices de mohair. En raison de cet héritage mixte datant de plusieurs centaines d’années, une chèvre de couleur peut occasionnellement apparaître dans des troupeaux qui, autrement, sont tous de pure race blanche. Des chèvres angora colorées dans une gamme de teintes ont été élevées en raison de l’intérêt des éleveurs pour ces animaux colorés.

La fibre de ces chèvres colorées répond à une demande de niche pour des fibres naturellement colorées qui ne nécessitent pas de teinture, allant du noir au brun en passant par le rouge. Les éleveurs peuvent obtenir des prix élevés pour les animaux reproducteurs, ce qui leur permet de concurrencer avantageusement d’autres options d’élevage de niche comme les alpagas.

Mme Coon possède des angoras blancs et des angoras colorés, mais ce sont ces derniers qui lui plaisent le plus. « Ce sont de beaux animaux avec beaucoup de variété », explique-t-elle.

La croissance du mohair est favorisée par une alimentation appropriée.

En raison du développement rapide de leur mohair, les angoras ont un besoin alimentaire élevé. Les angoras sont privés du carburant nécessaire à la création du mohair s’ils ne sont pas correctement nourris. « Une alimentation équilibrée et adaptée à son environnement, ainsi que de l’eau fraîche et pure », explique M. Coon.

Les fourrages grossiers sont essentiels à la santé de l’Angora et à la fonction du rumen, c’est pourquoi un bon régime de pâturage ou de foin est la base de tout régime alimentaire réussi pour l’Angora. Les chèvres sont d’excellentes butineuses, elles mangent des mauvaises herbes, des plantes ligneuses, des buissons, des ronces et des herbes. Elles sont efficaces pour reconquérir un territoire trop envahi par les mauvaises herbes ou les broussailles pour les autres espèces de bétail, en raison de leur propension à manger des buissons et des mauvaises herbes.

Les céréales sont utilisées pour répondre aux besoins en énergie et en protéines que les chèvres ne peuvent satisfaire avec les fourrages disponibles pendant la croissance, la reproduction et la mise bas. Les besoins en protéines d’une chèvre angora varient de 12 à 16 % de matière sèche de l’aliment complet, selon le stade de développement de la chèvre. Un mélange minéral de libre choix conçu pour les chèvres (qui peut inclure du sélénium si votre région est pauvre, et du sel) doit être disponible en permanence, ainsi que de l’eau fraîche et propre.

Les chèvres angora sont tondues.

La tonte au printemps et à l’automne est la période la plus importante de l’année pour les producteurs de chèvres angora, car la vente du mohair correctement préparé et tondu représente une grande partie du revenu de la ferme.

La présence de foin ou de paillettes dans le mohair peut réduire la valeur d’une toison ou la rendre invendable, notamment pour les artistes de la fibre les plus exigeants. « Pour les chèvres, les mangeoires fabriquées avec une mangeoire en contreplaqué qui n’est ouverte que sur les six derniers pouces et qui comporte un joli plateau en dessous fonctionnent très bien. Le fait d’utiliser principalement du contreplaqué pour la mangeoire empêche le foin de tomber sur le dos et le cou des animaux pendant l’alimentation, ce qui permet de garder la toison propre », suggère M. Coon.

La procédure de tonte est simple, bien qu’elle nécessite un dos solide. Si un tondeur n’est pas disposé à venir à la ferme pour quelques animaux seulement, les éleveurs ayant quelques animaux peuvent utiliser des ciseaux ou des cisailles à main non électriques. Un bon tondeur permet au propriétaire du troupeau de se concentrer sur la préparation des toisons tondues et de faire l’effort de rester organisé le jour de la tonte, surtout pour les gros troupeaux. Les éleveurs ambitieux qui veulent tondre leurs propres animaux peuvent modifier les cisailles électriques pour tondre le mohair avec un peigne à 20 dents pour chèvres.

La prévention des dommages causés par les parasites externes à la toison est également un élément crucial de l’entretien entre deux tontes. « Garder les chèvres vermifugées et exemptes de parasites externes est essentiel ». « Les poux peuvent être un problème sérieux pour ces créatures », avertit Coon.

Pour éviter les poux et les tiques, les chèvres sont systématiquement épouillées avec un produit chimique à verser quelques semaines après la tonte. La tonte est également le moment idéal pour administrer au troupeau ses vaccins annuels contre l’entérotoxémie et le tétanos, ainsi que pour leur couper les pattes. En fonction de l’environnement et des procédures de rotation des pâturages, la plupart des éleveurs taillent les pieds trois à quatre fois par an et donnent des vermifuges selon un calendrier similaire.

On ne saurait trop insister sur la nécessité d’un abri adéquat après la tonte. S’ils sont exposés à la pluie froide pendant quatre à six semaines après la tonte, les Angoras ont tendance à se refroidir. La tonte, même dans les conditions de froid le plus glacial, est une routine avec un abri et pose peu de problèmes.

La tonte des chèvres angora : Comment se préparer

La tonte des chèvres doit être effectuée après qu’elles aient séché pendant au moins 24 heures.

Tondez d’abord les chèvres les plus jeunes et les plus âgées en dernier afin d’éviter de mélanger les fibres les plus grossières avec les poils plus fins et de plus grande valeur.

Maintenez une zone de tonte propre. Une plateforme en contreplaqué est idéale pour balayer entre les groupes d’âge ou de couleur.

Prenez contact avec votre tondeur. Dites-lui que cela ne vous dérange pas d’aller plus lentement tant que les animaux sont traités avec tendresse et que les secondes coupes sont réduites au minimum (coupes courtes qui diminuent la valeur de la toison).

>> Consultez ce reportage pour voir comment se passe la tonte d’une chèvre angora

L’élevage de la chèvre angora

Les Angoras ne se reproduisent que pendant certains mois de l’année, généralement d’août à janvier. En présence d’un bouc, les femelles sont en œstrus et ont un cycle de 19 à 21 jours jusqu’à ce qu’elles soient enceintes. L’insémination artificielle étant rare chez les Angoras, la majorité des accouplements se fait avec un mâle vivant qui accompagne le troupeau de biches pendant les deux ou trois mois de la saison de reproduction.

La tonte, l’épouillage et l’augmentation du niveau d’alimentation sont des pratiques de gestion recommandées pour les troupeaux de biches quelques semaines avant la reproduction. Les naissances multiples sont encouragées par une augmentation de l’alimentation dans les semaines précédant la reproduction, une procédure connue sous le nom de « flushing ». Les naissances jumelles sont courantes dans certains troupeaux, alors que les naissances uniques sont plus fréquentes dans d’autres. L’alimentation avant la reproduction et la taille du corps sont les deux facteurs les plus importants pour déterminer les naissances multiples chez les chèvres angora. Les naissances gémellaires sont plus fréquentes chez les chèvres plus grandes et plus robustes qui ont été rincées avant l’accouplement que chez les chèvres plus petites qui n’ont pas été rincées avant l’accouplement.

« Vos biches peuvent vivre jusqu’à 16 ans et être encore productives à l’âge de 12, 13 et même 14 ans », explique Coon. « C’est pourquoi, en plus d’une fibre magnifique, une bonne conformation est si importante ». Les Nannies doivent peser au moins 60 livres pour se reproduire, donc la plupart des femelles sont accouplées en tant que yearlings et ont leurs premiers chevreaux à l’âge de 2 ans.

Sue Ann Nissen, éleveuse de chèvres Angora blanches enregistrées, déclare : « Les Angoras ont peu de problèmes de reproduction ou de mise bas. »

Les nouveau-nés, en revanche, sont vulnérables, surtout par temps froid, et peuvent facilement être refroidis par des températures inférieures à 40 degrés F s’ils ne sont pas allaités rapidement après la naissance. Les éleveurs qui exposent tôt dans l’année et ceux qui vivent dans des régions plus calmes ont généralement leurs bébés au début de l’hiver (de janvier à mars). De nombreux éleveurs amateurs préfèrent éviter les conditions hivernales difficiles en échange d’une mise bas plus tardive. « Les mises bas d’avril ont donné des bébés sains et vigoureux », ajoute Mme Nissen, qui compense ses mises bas tardives en présentant ses chèvres plus tard dans l’année.

Les chèvres angoras sont élevés par leur mère jusqu’à l’âge de trois ou quatre mois, âge auquel ils sont sevrés. La plupart des éleveurs mettent un coccidiostatique dans la ration des chevreaux pour prévenir la coccidiose, et la mise en place d’une zone de reptation où les chevreaux peuvent se nourrir sans la concurrence des adultes permet d’accélérer le rythme de croissance des chevreaux (un parasite commun aux chèvres).

Les éleveurs commencent à analyser les chevreaux après le sevrage et la tonte, un processus qui dure normalement jusqu’au printemps de l’année de la chèvre. Les éleveurs peuvent vendre ces animaux pour la viande ou les maintenir pour la production de fibres s’ils ne présentent pas de potentiel de reproduction ou d’exposition.

Créer son propre troupeau de chèvres pour le Mohair

Les débutants qui s’intéressent aux angoras doivent chercher le bon éleveur et poser beaucoup de questions, selon M. Nissen. « Cette personne vous fournira toute l’aide dont vous avez besoin. Faites-lui part de vos réflexions et de vos connaissances. La quantité de terrain dont vous disposez, ainsi que vos horaires personnels, vos besoins en matière de clôtures, de logement des chèvres, etc. joueront tous un rôle. « La façon dont vous commencerez avec les Angoras sera déterminée par votre position personnelle et vos aspirations », explique-t-elle.

Sanders est d’accord et souligne la nécessité de se concentrer sur la qualité plutôt que sur le nombre lors du démarrage d’un troupeau. « Commencez avec quelques chèvres de haute qualité, peut-être deux ou trois chèvres et un excellent bouc« . Dépensez le même argent pour une meilleure qualité plutôt que pour la quantité, de sorte que lorsque vous aurez atteint vos chiffres, vous pourrez utiliser ce que vous avez et éviter un abattage lourd pour vous améliorer. »

Les angoras sont une alternative d’élevage amateur populaire et possiblement réussie en raison de leur facilité de gestion quotidienne, de leur grande demande et des options de marketing imaginatives. La plupart des petits agriculteurs, comme Nissen, sont attirés par cette race parce qu’ils admirent son charme général. « Voir un petit troupeau d’Angoras dans un pré est l’un des plus beaux spectacles qui soient », dit-elle.

Retour haut de page