Bonnet en laine et chapeaux d'hiver

Chapeaux d’hiver pour hommes : le guide complet des bonnets et chapeau par temps froid

Les chapeaux existent dans une grande variété de styles, et l’objectif de cet article est de vous présenter diverses options de chapeaux pour l’hiver.

Pourquoi porter un bonnet ou un chapeau en hiver ?

Les chapeaux contribuent non seulement à votre confort général par des températures fraîches et protègent votre visage et vos oreilles des éléments, mais ils peuvent également ajouter beaucoup de style à votre look lorsque vous êtes en déplacement.

Quand j’étais enfant, on m’a dit qu’il était nécessaire de porter un chapeau par temps froid car 80 à 90 % de la chaleur corporelle s’échappe par la tête.

En fait, ce n’est pas vrai – on m’a raconté n’importe quoi. En réalité, votre crâne ne perd pas plus de chaleur que les autres parties de votre corps. Les laboratoires de recherche sur le froid de l’armée américaine ont découvert que nous perdons de la chaleur de manière uniforme sur toutes les surfaces de notre corps (avec une certaine variation au niveau du cou et de la tête lorsque vous commencez à faire de l’exercice, bien que cela se régule en quelques minutes).

Le bonnet en laine et autres chapeaux, en revanche, restent un élément important de votre garde-robe d’hiver. La protection de l’ensemble de votre peau est essentielle pour rester au chaud. Plutôt que de superposer un pull, un gilet et une veste en laissant tout exposé à partir des épaules, optez pour une couverture uniforme de la tête aux pieds.

Style sur les couvre-chefs

Sachez ce qui vous conviendra dans différents endroits et scénarios avant de choisir un style (ou plusieurs styles – il n’y a rien de mal à avoir une variété de chapeaux dans votre placard).

  • Les couleurs comme l’orange et le vert fluo sont associées à la « sécurité ». Elles sont portées par les amateurs de sports d’hiver les plus exigeants pour faciliter les recherches et les secours, et elles sont également portées par les chasseurs dans diverses régions du pays. Donc, que vous soyez un chasseur ou un snowboarder professionnel, vous devriez peut-être baisser un peu le ton.
  • Les couleurs qui ne sont pas des néons de sécurité mais qui présentent des tons et des teintes primaires vifs (rouges, bleus, etc.) sont utilisées dans les vêtements d’hiver décontractés et sportifs pour des sports tels que le ski et le snowboard. Vous pouvez les porter le week-end, mais pour le trajet domicile-travail ou les soirées, vous voudrez quelque chose d’un peu plus chic.
  • Les couleurs sombres et les tons de terre, comme les noirs, les gris et les bruns, sont les plus formels. Ce sont les plus polyvalentes, car elles peuvent être portées sur les pistes de ski ou entre le taxi et l’entrée de l’opéra.

Le style du couvre-chef, en plus de la couleur, détermine où il peut ou ne peut pas être porté :

  • Les chapeaux qui couvrent les oreilles sont considérés comme moins formels que ceux qui ne le font pas. Par contre, si le temps est frais, je n’hésite pas à revêtir un smoking. Mes oreilles seront couvertes !
  • Les Fedoras, les homburgs, les bowlers et autres chapeaux avec une couronne sont plus formels que les chapeaux mous (bonnets, newsboys, etc.).
  • Moins le chapeau est formel, plus le matériau est épais et souple. Les chapeaux fins et rigides en feutre sont considérés comme « habillés », tandis que les matériaux épais et tissés sont considérés comme « décontractés ».
  • Les accents peu formels tels que les pompons, les franges et les autres petites choses qui pendent sont toujours un peu ridicules. Si vous ne voulez pas paraître odieusement joyeux et énergique, évitez-les.

La plupart des hommes ont au moins deux options : une casquette épaisse et pratique pour la vie quotidienne à l’extérieur en hiver, et un chapeau habillé plus formel et moins chaud pour les courts trajets entre les transports en commun et un environnement habillé comme le travail ou le théâtre.

Jetons un coup d’œil à quelques-unes de vos alternatives maintenant que vous avez maîtrisé les bases des chapeaux d’hiver :

Le bonnet en laine

Cette pièce du couvre-chef a peut-être plus de noms que toute autre. On l’appelle tuque, bonnet, bonnet bas, bonnet bob, bonnet cambrioleur ou bonnet chaussette, selon l’endroit où l’on habite. Le terme « chapeau de montre » est né dans l’armée et est encore utilisé dans certaines règles officielles de la tenue militaire.

La bonnet bas se définit par quelques caractéristiques essentielles, quel que soit son nom :

Un matériau tricoté (généralement de la laine de mohair, du coton ou du synthétique) de forme circulaire et symétrique avec un bord replié permettant une double superposition au niveau des oreilles (mais pas nécessairement).

La coupe peut être serrée sur le cuir chevelu ou lâche et en tas sur le dessus de la tête. Le premier modèle, une « calotte », est considéré comme plus masculin, mais le second, plus souple et plus lâche, est neutre et est porté par les hommes et les femmes.

Un petit bord souple en forme de croissant sur certains chapeaux de style tuque est devenu populaire auprès des snowboarders. D’autres sont ornés de pompons, de glands ou d’autres embellissements.

Les bonnets sont particulièrement utiles en hiver car ils ont un bord plié qui constitue une deuxième couche de tissu sur vos oreilles. Ils sont assez chauds et résistants à l’eau lorsqu’ils sont fermés par une fermeture éclair, mais on peut les enlever et les mettre dans une poche sans les froisser ou les écraser.

J’aime la laine de mohair pour l‘isolation de la chaleur, mais les bonnets synthétiques spécialisés avec des capacités d’évacuation de l’eau sont tout à fait bénéfiques pour la chasse ou l’exercice à l’extérieur.

Le Chullo d’Amérique du Sud est une version alternative du bonnet. Ce bonnet est doté de rabats pour les oreilles et d’un cordon qui s’enroule autour du menton et est traditionnellement fabriqué en laine d’alpaga. Il est souvent orné de dessins ou de motifs complexes, et des variantes de ce style sont portées depuis des centaines d’années dans la région des montagnes andines.

De par leur nature même, les bonnets ne sont pas formels – ils sont principalement destinés à des fins ludiques et utilitaires – et les plus chauds, ceux en laine, doivent être lavés à la main et séchés à l’air libre lorsqu’ils deviennent moites. Les bonnets en coton peuvent être lavés, mais elles ne sont pas aussi chaudes et n’offrent pas une grande protection contre l’humidité, elles sont donc plus un chapeau d’automne/printemps qu’un vêtement d’hiver sérieux.

Cependant, lorsqu’il fait vraiment froid dehors, je porte mon bonnet de montre avec un pardessus et un costume. Lorsqu’une fonction pratique est requise, les règles de formalité sont jetées par la fenêtre !

L’Ouchanka 

L’inconvénient le plus important du style de bonnet (à part le Chullo) est qu’il est peu couvrant : la moitié inférieure des oreilles, ainsi que les joues et le menton, sont exposés.

Une ouchanka, également appelée chapeau de trappeur, chapka ou « Elmer Fudd » (d’après le personnage classique des Loony Tunes), résout le problème en ajoutant deux rabats flexibles, un de chaque côté, reliés par une ficelle ou un lien en cuir qui peut être porté sous le menton ou sur le dessus du chapeau.

Il existe de nombreux types de chapeaux différents, mais tout chapeau ouchanka (oreilles en russe) ou trappeur digne de ce nom doit présenter les caractéristiques suivantes :

  • une doublure épaisse et fourrée (souvent, l’intérieur et l’extérieur sont tous deux fourrés)
  • Trois positions par défaut pour les rabats d’oreilles flexibles de chaque côté de la tête : ouvert (rabats noués au sommet de la tête), fermé (rabats attachés sous le menton) et lâche (rabats abaissés mais non attachés).
  • La plupart n’ont pas de bord, mais d’autres ont une petite visière ou un « rabat pour les yeux » qui garde le front au chaud et protège le dessus des yeux.

Une ouchanka est l’une des alternatives hivernales les plus chaudes, ainsi qu’une alternative plus élégante au bonnet. Nous associons les ouchankas à de longs pardessus plutôt qu’à des bonnets en raison de leur longue histoire militaire (principalement soviétique), ce qui fait qu’une ouchanka de couleur sombre s’accorde bien avec un manteau de laine.

>> Consultez notre article pour bien choisir votre manteau en laine

Les teintes de couleur claire sont plus féminines (sauf si elles sont militaires), alors essayez de vous en tenir à des couleurs plus foncées. Sachez également que la vraie fourrure peut susciter des protestations de la part des défenseurs des droits des animaux. Les matières synthétiques peuvent s’empiler plus haut et sécher plus vite que les meilleures peaux de nos jours, donc un chapeau en vraie fourrure est plus une déclaration de mode qu’une exigence fonctionnelle.

Les bonnets d’Astrakan (Carakul, Canadian Wedge, Ambassadors, etc.)

La fourrure d’un jeune agneau Karakul est appelée « Astrakan » en russe (une race de moutons originaire d’Asie centrale). Lorsque le poil est encore noir, soyeux et étroitement enroulé, il est ramassé à la naissance ou peu après (ou parfois même avant), ce qui donne un tapis exceptionnellement dense.

La laine a été façonnée en une variété de formes de chapeaux par de nombreuses cultures. Une version plate et ronde avec un bord doublé était populaire parmi les membres du Politburo soviétique – nous l’appelons aujourd’hui « chapeau d’ambassadeur« , mais le terme argotique russe est « chapeau à tarte » en raison de sa forme plate et ronde.

Le « chapeau Jinnah », du nom du fondateur du Pakistan, Muhammad Ali Jinnah, est une forme légèrement plus haute avec une couronne unique, populaire au Pakistan et dans le nord de l’Inde. En Afghanistan, un modèle similaire de forme triangulaire est utilisé depuis des générations, et le président Karzai en porte fréquemment un en public.

Même s’il n’est généralement pas fabriqué à partir de peaux de Karakul, le chapeau de laine haut et cunéiforme de la Gendarmerie royale du Canada est souvent appelé à tort « astrakhan ». Pourtant, il présente une ressemblance remarquable avec les bonnets Karakul traditionnels afghans, ce qui est très probablement à l’origine de ce surnom.

Ces variantes sont toutes chaudes, mais elles peuvent être portées avec n’importe quoi, y compris des vêtements professionnels. Elles ont un caractère non occidental qui peut plaire à ceux qui ont des goûts plus particuliers en matière de mode, et elles sont maintenant disponibles en synthétique pour ceux qui ne sont pas à l’aise de porter de la laine d’agneau fœtale sur leur tête.

Casquettes plates en laine

Les casquettes plates en laine à bord court sont une forme polyvalente qui peut être portée partout. Elles peuvent être habillées de laine plus épaisse pendant les mois d’hiver.

Mis à part l’épaisseur, ces lunettes sont pratiquement identiques aux modèles d’automne/printemps et sont idéales pour les personnes qui souhaitent avoir l’air chic lors d’une excursion rapide à l’extérieur. Cependant, dans le froid glacial, l’absence de protection des oreilles, des joues ou du cou les rend inefficaces comme source de chaleur pendant un certain temps.

Chapeaux habillés en feutre

Pour l’hiver, des feutres plus épais sont disponibles sous diverses formes de chapeaux de cérémonie (fedoras, homburgs, bowlers, etc.). Certaines versions actuelles sont dotées d’un cache-oreilles semi-circulaire intégré à la couronne ou détachable, de la même couleur que le chapeau ou d’un motif complémentaire, ce qui permet de préserver le style habillé sans sacrifier la protection des oreilles.

Lorsque vous devez avoir l’air habillé par temps froid, ces chapeaux sont votre meilleure option. Les protège-oreilles nuisent au look général, mais les modèles modernes sont très discrets, et vous pouvez y arriver si vous êtes courageux. Remontez les rabats ou enlevez la doublure lorsque vous devez vraiment avoir l’air vif (devant une caméra, etc.) – le chapeau simple reste la norme vestimentaire par excellence. Ils s’adaptent parfaitement avec un sac en cuir pour hommes.

Couvre-chefs de style militaire

Les magasins de surplus militaires offrent des possibilités fantastiques, notamment en ce qui concerne les services armés des pays scandinaves et d’autres pays à climat froid.

Ces articles sont généralement uniques et utiles. Le chapeau de garnison suisse, par exemple, est doté d’une haute visière frontale (pour briser le vent), d’un bord souple (pour protéger les yeux du soleil réfléchi par la neige) et de rabats d’oreille boutonnés qui se chevauchent pour fermer également le cou.

Si vous êtes à la recherche de quelque chose d’unique et de très performant, gardez l’œil ouvert sur les produits de la marine royale suédoise, de l’armée norvégienne et d’autres forces similaires.

Chapeau Stormy Kromer

Stormy Kromer a été nommé d’après un ingénieur des chemins de fer du même nom. Kromer avait besoin d’un chapeau qui le tienne au chaud et qui ne s’envole pas lorsqu’il le porte par la fenêtre du train. En 1903, il a demandé à sa femme de modifier une casquette de baseball pour qu’elle lui aille mieux, et elle a conçu un modèle à six panneaux qui maintiendrait le chapeau en place même dans les pires vents. Le chapeau, qui était différent des fedoras de l’époque mais bien adapté au travail, a rapidement été adopté par d’autres travailleurs du train, et une société américaine a été créée. Aujourd’hui encore, les chapeaux Stormy Kromer sont cousus à la main aux États-Unis et constituent un couvre-chef unique et intemporel.

Les accessoires pour temps froid qui ne sont pas des chapeaux

Outre les chapeaux, il existe quelques autres options pour garder le haut de votre corps au chaud pendant l’hiver :

  • Cagoule/masque de ski : Un couvre-chef complet avec des trous pour les yeux, la bouche et parfois le nez, qui se rabat sur le visage. La laine tricotée est la plus basique, mais les synthétiques hautes performances ont une forme plus profilée et des propriétés supérieures d’évacuation de l’humidité. Chaud, mais inesthétique, et difficile à porter pendant de longues périodes si la zone autour de la bouche et du nez est mouillée. Ce type de vêtement est davantage destiné à l’alpinisme qu’à une promenade en ville.
  • Lunettes de protection : Conçues davantage pour protéger les yeux du vent et de la lumière que pour conserver la chaleur, elles offrent également une protection supplémentaire de la peau. Les lunettes d’hiver sont souvent dotées d’un revêtement épais et de verres protecteurs qui sont maintenus à distance de la peau.
  • Les écharpes : Une alternative polyvalente, ils peuvent être portés lâchement comme un ajout décoratif avec les extrémités non croisées, ou fermement enroulés autour du cou, du menton et de la bouche pour une superposition efficace. Une variété d’écharpes dans différentes teintes permet de garder les vêtements d’hiver adaptables. Visitez cet article classique d’AOM pour des informations supplémentaires sur les écharpes.

Il n’est pas nécessaire de toutes les porter. Un homme qui porte plusieurs écharpes, par exemple, ne trouvera peut-être pas utile une guêtre pour le cou, bien que celle-ci soit plus facile à transporter et à ranger dans une poche qu’une écharpe.

L’objectif est d’être conscient de vos choix et d’en sélectionner quelques-uns qui conviennent le mieux à votre garde-robe. Ne passez pas tout l’hiver à porter le même bonnet de bas usé. Il détonne avec votre tenue plus formelle, et vous vous privez à la fois de chaleur et de style.

Retour haut de page